L’éducation c'est la santé

Les enfants constituent une population vulnérable en raison de leur métabolisme et de leurs défenses qui sont différents mais également en raison de leur comportement qui favorise leur exposition à certaines nuisances ou dangers.

Intervenir très tôt pour prévenir les comportements à risque est donc une préoccupation qui doit être partagée par l’ensemble des acteurs de la santé, de l’éducation et de la société toute entière.

C’est ainsi qu’une convention cadre, signée en 2012 entre le Rectorat et l’Agence Régionale de Santé de Martinique considérait déjà « la nécessité de développer l’éducation à la santé à tous les âges de la vie scolaire pour aider les élèves à s’approprier progressivement les moyens d’opérer des choix éclairés, a adopter des comportements responsables pour eux-mêmes comme vis-à vis d’autrui et de l’environnement et à exercer leur citoyenneté »

C’est donc cette stratégie que l’ARS entend déployer concernant les risques sanitaires liés à l’environnement.

Un grand nombre d’actions d’éducation à la santé en milieu scolaire est déjà portée par des opérateurs extérieurs à l’école qui apportent leur expérience en Education pour la Santé souvent sous des formes ludiques, originales et adaptées. Cependant, ces interventions ne peuvent pas, à elle seules, permettre de relever le défi de sensibiliser et d’éduquer l’ensemble d’une classe d’âge aux questions qui intéressent la santé, l’environnement ou d’autres sujets importants pour la vie personnelle et citoyenne du futur adulte.

La prévention des risques sanitaires relève aussi de stratégies d’éducation complémentaires pour l’acquisition des compétences et l’adoption d’attitudes raisonnées et responsables. Nous proposons donc que l’acquisition de ces compétences puisse s’opérer en utilisant au mieux le cadre pédagogique élaboré par l’Education Nationale. Concrètement, il s’agit de diffuser les connaissances et aptitudes nécessaires à la prévention des risques environnementaux en mobilisant les programmes scolaires tels que prévus par les textes de l’éducation nationale. C’est donc un outil innovant qui est proposé dans le cadre de cette mallette pédagogique.

Et pour initier cette démarche, cette première malette est consacrée à la prévention des risques liés aux nuisances sonores. Cette question de santé publique est en effet relativement prégnante en Martinique. Alors que l’utilisation des baladeurs et autres téléphones portables se généralise chez les plus jeunes, on estime qu’entre 5 et 10 % de ces utilisateurs risquent des pertes auditives irréversibles. En outre, le bruit a également des effets extra-auditifs, tels que la perturbation du sommeil, l’intelligibilité de la parole et la détérioration de l’apprentissage scolaire. Pour des expositions à long terme, le bruit joue également un rôle aggravant pour les pathologies cardio-vasculaires.

Pour explorer le champ des compétences nécessaires à l’acquisition des aptitudes individuelles nécessaires permettant de prévenir ces risques signalés plus haut, cette mallette pédagogique a été réalisée grâce à la collaboration du monde de la santé et de l’éducation et en y associant des parents.

J’encourage vivement les équipes pédagogiques à s’engager dans la démarche que nous proposons et à faire vivre cet outil. Elles contribueront ainsi, sans s’éloigner de leur objectif premier qui reste la transmission des compétences prévue à leur programme, à donner à nos jeunes les moyens d’opérer les choix favorables à leur santé.

logo_srcGérard THALMENSI
Chef du service prévention et promotion
de la santé environnementale
Agence Régionale de Santé de Martinique