Fables

Le Loup et le chien

Un loup n’avait que les os et la peau,
Tant les chiens faisaient bonne garde.
Ce loup rencontre un dogue aussi puissant que beau,
Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
L’attaquer, le mettre en quartiers,
Sire loup l’eût fait volontiers.
Mais il fallait livrer bataille,
Et le mâtin était de taille
À se défendre hardiment.
Le loup donc l’aborde humblement,
Entre en propos, et lui fait compliment
Sur son embonpoint, qu’il admire.
« Il ne tiendra qu’à vous, beau sire,
D’être aussi gras que moi, lui repartit le chien.
Quittez les bois, vous ferez bien :
Vos pareils y sont misérables,
Cancres, haires, et pauvres diables,
Dont la condition est de mourir de faim.
Car quoi ? Rien d’assuré, point de franche lippée.
Tout à la pointe de l’épée.
Suivez-moi ; vous aurez un bien meilleur destin. Le loup reprit : « Que me faudra-t-il faire ?
– Presque rien, dit le chien : donner la chasse aux gens portants bâtons, et mendiants ;
Flatter ceux du logis, à son maître complaire ;
Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons :
Os de poulets, os de pigeons,
Sans parler de mainte caresse.
«Le loup déjà se forge une félicité
Qui le fait pleurer de tendresse.
Chemin faisant, il vit le col du chien pelé :
« Qu’est-ce là ? Lui dit-il. — Rien. — Quoi ? Rien ? — Peu de chose.
– Mais encor ? — Le collier dont je suis attaché
De ce que vous voyez est peut-être la cause.
– Attaché? dit le loup : vous ne courez donc pas
Où vous voulez ? — Pas toujours, mais qu’importe ?
– Il importe si bien, que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte,
Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.
« Cela dit, maître loup s’enfuit, et court encor.

Jean de La Fontaine


KONPE LOU EPI KONPE CHEN


Konpé Lou té rété yenki lapo épi zo,
Afos Chen té ka monté lagad bien.
An jou Konpè Lou ka jwenn yan bel gro dog vayan,
ki gra épi épé, ki bien élivé épi ki té rivé garé san rann koy kont.
Atatché’y, dékatché’y, mété’y an moso
Konpè Lou sé pé fè’y alez blez.
Mé i sonjé fok i té pran konba-a épi Chen,
E Chen ki té ni konba anlè’y té lontan pli fò ki’y.
Kidonk Konpè Lou bòdé bò Konpé Chen latché-y ant dé janm-li,
palé ba’y, épi i ka fè’y konpliman
anlè manniè i gra épi épé épi anlè manniè i enmen wè’y.
«Sa ka dépann di’w selman,konpè-mwen,
Si ou lé vini gra épi épé kon mwen, chien-an anni réponn li.
Sòti anba bwa-a tibren, té ké fé’w di bien:
Gadé manniè sé kanmarad-ou-a maléré anba bwa-a,
Yo sot, yo madjendjen, yo pa ni ayen pou yo bwè épi manjé, sé pov maléré-a
Sel bagay ka rété yo, sé mò fen.
Poutchi dapré’w? Yo pa ni ayen ka atann yo, yo pa ni ayen mété anba dan-yo.
Tousa yo trapé fok yo goumen red pou ni’y.
Vini épi mwen; ou ké wè manniè lavi-w kay chanjé.»
Konpé Lou mandé’y: « Kisa man kèy ni pou fè ?»
- Ayen menm, Konpè Chen réponn li : ou ké ni pou kouri dèyè moun ki ni baton, kouri dèyè moun ki ka mandié;
Fè sousè épi ki met, ki moun ki adan kay met-la,
Kifè, si’w wè ou fè konsa, pa krazé kòw, an tout manniè ou ké trapé:
Ki zo poul, ki zo pijon,
San konté yonndé ti kares ki ké tonbé.»
Konpé Lou ja ka filé lang-li, i ja près ka wè kòy.
Toupannan yo anlè chimen ka maché, konpé Lou ka wè kou Konpè Chen pliché :
« kisa ki pliché kou-w konsa konpé ? Konpè Lou mandé’y.
- Ayen menm !
- Kisa ? Ayen menm ?
- Ayen menm!
-Palé ba mwen franchman ?
- Sé pétet kolié-a ki ka maré mwen an ki lotè.
- Kouman ? yo ka maré’w ? Ou pé pa kouri kon ou lé toupatou ?
- Pa toulong ! Mé sa sa ka fè ?
- Sa sa ka fè ! Konpè, ba mwen di’w sa, man simié mò fen pasé mwen ni an kolié an kou-mwen!
Man simié libété-mwen pasé tout kalté model trézò ou sé ba mwen.
I po té ko fini palé, Konpè Lou mété’y épi i ka kouri toujou jik jòdijou !!


Traduction : Robert NAZAIRE, Eddy-Olivier THIMON, CPD LVR Créole, Mission LVR créole du 1er degré