Fables

Les Deux Mulets

Deux Mulets cheminaient ; l’un d’avoine chargé ;
L’autre portant l’argent de la gabelle.

Celui-ci, glorieux d’une charge si belle, N’eût voulu pour beaucoup en être soulagé.

Il marchait d’un pas relevé,
Et faisait sonner sa sonnette ;
Quand, l’ennemi se présentant,
Comme il en voulait à l’argent,

Sur le Mulet du fisc une troupe se jette,
Le saisit au frein, et l’arrête.
Le Mulet, en se défendant,

Se sent percé de coups, il gémit, il soupire :
Est-ce donc là, dit-il, ce qu’on m’avait promis ?
Ce Mulet qui me suit du danger se retire;

Et moi j’y tombe, et je péris.

Ami, lui dit son camarade, Il n’est pas toujours bon d’avoir un haut emploi :
Si tu n’avais servi qu’un Meunier, comme moi,

Tu ne serais pas si malade.

Jean de La Fontaine


SE DE MILE-A


An jou asou gran chimen dé milé té ka maché yonn bò lot.
Yonn té ka pòté an chaj pay, lot-la té ka pòté lajan lenpo.
Milé-a ki té ka pòté lajan lenpo-a, fok té wè’y fè ganm
mé i pa té ka djè sonjé ki pòté lajan anlè’w ka mennen volè tou.
Falé té wè’y maché an manniè briskan ka fè faro,
Falé té wè’y fè ti kloch-li-a sonnen ;
Mé lè ou wè volè vini,
Sé dèyè lajan-an yo vini,
kifè an bann malfra anni tonbé anlé milé lenpo-a,
Tchenbé’y pa kolé épi rété’y.
Milé ki ka débat pou défann kòy,
Anni santi kou ka tonbé anlè’y pasé kou fet, i mété kòy ka kriyé anmwé :
Es sé sa yo té pronmet mwen, i mandé kòy ?
Milé-a ka pòté pay wè sa ka pasé, pa fè ni yonn ni dé, i ralé kòy dèyè ;
Kité mwen ka pran kou san manman épi man la ka mò.
Konpè, ba mwen di’w,
Sa pa toujou bon trapé an travay desekede :
Si ou té ka travay kon mwen yen ki ba an nonm ka fè farine frans,
Ou pa té kéy malad konsa, chè.


Traduction : Robert NAZAIRE, Eddy-Olivier THIMON, CPD LVR Créole, Mission LVR créole du 1er degré